Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/1/d148233771/htdocs/anne/config/ecran_securite.php on line 283
Actualités : Mars 2014 - Anne Mounic
Anne Mounic
Accueil > Tou mênos | Chaque mois > Actualités > Actualités : Mars 2014

Actualités : Mars 2014

JPEG - 360.9 ko
Anne Mounic, Regard. Monotype, 2012.

Anne Mounic expose ce mois-ci gravures et monotypes, à partir du 4 mars 2014, chez Charbonnel, 13 quai de Montebello, Paris 5ème : http://www.charbonnelshop.fr

Prolongation jusqu’au 7 avril.

JPEG - 49.2 ko
Anne Mounic - Charbonnerl - mars 2014.
JPEG - 32.4 ko
Anne Mounic - Charbonnerl - mars 2014.
JPEG - 44.6 ko
Anne Mounic - Charbonnerl - mars 2014.
JPEG - 49.7 ko
Anne Mounic - Charbonnerl - mars 2014.

***

***

***

***

***

***

***

***

Tire ta langue, émission d’Antoine Perraud, le dimanche 5 janvier sur France-Culture :

http://www.franceculture.fr/emission-tire-ta-langue-quand-les-poetes-recusaient-la-guerre-2014-01-05

***

Février 2014 : Parutions :

JPEG - 60 ko

Anne Mounic, Bleu singulier : Nocturnes et autres résonances. Catalogue poétique.
Chalifert : Atelier GuyAnne, 2014.

PDF - 149.8 ko

Dans ce catalogue poétique, le lien entre poèmes et œuvres graphiques ne tient pas de l’illustration, dans un sens ou dans l’autre, les poèmes s’écrivant d’après les gravures, comme dans le catalogue de Guy Braun, premier de notre collection, ou les dessins accompagnant le poème, comme dans Le puits du ciel, Masque de nuit, L’eau de prudence ou La caresse du vertige. Ici, les mots et les formes se font écho au fil du temps en un même élan surgissant de l’immédiat pour aller s’inscrire dans l’instant. Le moment présent, à peine distinct au sein de la fluidité du devenir, devient instant au sein de l’œuvre qui le signifie en sa singularité.

au secret du mouvement

Le fleuve à la surface
manifeste ses multiples forces,
léger clapotis de la lumière
sur ses festons dorés attirant le ciel
en l’appel de ses visages apaisés ;

tumulte de ses eaux profondes
qui déferlent des lointains
et s’accumulent, toutes limites
défiées ; irrésistible puissance
de débordement, menace
longtemps contenue au secret du mouvement.

Dans le champ, sur la berge,
s’écarquille un étang, les mottes
au centre, nouvelle
et rustique, Atlantide.

Familier, le paysage fourmille
de fines intuitions à l’infini.

***

JPEG - 4.6 ko

Benjamin Fondane et Claude Vigée : Le questionnement des origines. Paris : Honoré Champion, 2014.

Actes du colloque Benjamin Fondane / Claude Vigée de juin 2012 - Paris 3 Sorbonne nouvelle.

C’est après la Seconde Guerre mondiale que Claude Vigée découvre, grâce à André Néher, l’œuvre de Benjamin Fondane. A le lire ensuite, à Jérusalem, dans les années soixante, il se sent avec ce poète juif d’origine roumaine assassiné le 3 octobre 1944 à Birkenau, une fraternité. Ces deux poètes, à des moments différents (Fondane est né en 1898 à Jassy, en Roumanie ; Vigée, en 1921, à Bischwiller, en Alsace), ont entrepris ce questionnement des origines que nous nous proposons d’explorer entre ces pages, en mettant en regard l’œuvre de Fondane et celle de Vigée, ainsi que nous l’avons entrepris lors du colloque qui s’est tenu à Paris 3 Sorbonne nouvelle les 15 et 16 juin 2012.
Nos différents contributeurs, venus d’horizons assez variés, aspirent à révéler les affinités et les divergences entre deux œuvres qui, face à l’Histoire, ont passé au crible la pensée occidentale, mettant en question le dualisme idéaliste et trouvant dans le poème la façon exacte de dire que l’esprit, s’il veut atteindre à la plénitude d’être, doit s’imprégner de la réalité sensible et accueillir cette formidable puissance de la bénédiction – montée des eaux, fertilité, fécondité, puissance d’être et de dire, voix.

http://www.honorechampion.com/cgi/run?wwfrset+3+257015811+1+2+cccdegtl1+N+1+17190238


nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page

Guy Braun | | Temporel.fr