Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/1/d148233771/htdocs/anne/config/ecran_securite.php on line 283
Mars 2018 - Anne Mounic
Anne Mounic

Mars 2018

JPEG - 48.4 ko
Raisins. Gouache, 2015.

Je propose, pour le mois de mars, cet extrait de Mais au jardin d’Eden on ne cesse d’entrer (Chalifert : Atelier GuyAnne, Collection « Le singulier dans l’instant », 2015). Il est extrait de la troisième partie, « Le bonheur engendre le jour – arbre-vitrail ».

*

*

mardi 15 juillet 2014,
sur la route

Le bonheur est une conquête.

Il creuse et convertit l’inquiétude, l’absurde et la fatalité. Le bonheur est une conquête tout humaine, ‒ qui met animal, fleur ou arbre, ce qui EST, en utopique assonance. L’utopie dévoile le seul lieu plausible de la parole, qui noue son désir à la ramure du possible.
Le bonheur est le chant du monde, en pure gratuité.

Au pays de l’ailleurs,

s’harmonisent les reliefs et la tendre aspiration du songe. Certains lieux, de menus fragments de paysage, aussi resserrés qu’un poème, retiennent à jamais cette féerie de l’infiniment souhaitable.
Tous ces dons de jouissance moirent l’œil d’éveil du tendre « puits des magies ».

Le bonheur lentement
se conquiert avec l’âge.
Et il demeure comme stabilité intérieure malgré l’immédiat des humeurs et des métamorphoses.

Le poème porte sur son cours cette patiente levée du bonheur dans la verticalité de l’être,
ombre ouverte se déployant dans le tissu nocturne,
trame de toute initiation,
révélation.

Il demeure, tel une offrande, une parole, un témoignage ‒ oui,

vivre a un sens, en soi.

Les nuages voyagent sur le ciel lisse, se superposent et se croisent. De petits cirrocumulus glissent tranquillement, en sens inverse, sur les cirrostratus,

larges ailes allusives,
ou brèves traînées de comètes.

JPEG - 85.4 ko
Au lac de Bracciano. Crayon et pierre noire, 2013.

Anne Mounic, « Le bonheur engendre le jour – arbre-vitrail », Mais au jardin d’Eden on ne cesse d’entrer. Chalifert : Atelier GuyAnne, Collection « Le singulier dans l’instant », 2015, p. 57.


nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page

Guy Braun | | Temporel.fr