Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/1/d148233771/htdocs/anne/config/ecran_securite.php on line 283
Août 2017 - Anne Mounic
Anne Mounic

Août 2017

JPEG - 77.8 ko
Anne Mounic, Nu en mouvement. Gouache, 2012.

En cette période estivale, je propose un poème paru dans le Catalogue poétique paru en 2014, Bleu singulier : Nocturnes et autres résonances, accompagné d’une gouache, publiée dans ce même ouvrage.

bégaiement des temps

Déjeunant sur la terrasse au soleil,
passée la mi-octobre,
nous nous souvenons de l’été.
La durée en son écoulement se chevauche
et la chaleur chante
à l’instant où l’automne en son or, ses feux,
capture chaque feuille, une à une.

Sous la clarté d’azur s’étire dans la vallée
une longue traîne de fumée
très blanche, brasier de branchages sans doute,
au nom des bons soins que l’on doit
à la belle ordonnance des saisons,
suivant leur cours bon an mal an.
La continuité éprouve-t-elle parfois des regrets,
ou anticipe-t-elle les instants heureux
de son renouveau ?

Trois cygnes glissent
sur le fleuve très lisse, couleur de bronze là
où ne se pose pas le ciel, en son aveuglant éclat.
Les trois oiseaux blancs plissent leur propre miroir
du sillage de ses ténèbres.

Sur l’azur immobile
de ce bégaiement des temps,
ces parfums de lumière qui surgissent ici ou là
sous le soleil accaparant l’étendue,
s’imposent comme merveilles.
On ne perçoit plus dès lors que le miracle du jaillissement,
en sa magnifique enluminure de la suite mutique des jours.

Nous parlons pour le tout en chacun de ses détails
dans l’infini de chaque instant.

JPEG - 77.8 ko
Anne Mounic, Nu en mouvement. Gouache, 2012.

Bleu singulier : Nocturnes et autres résonances. Collection « Catalogue poétique ». Chalifert : Atelier GuyAnne, 2014.


nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page

Guy Braun | | Temporel.fr